Rechercher

Les chevaux de mes rêves

Aaah le cheval … je rêve de pouvoir en posséder un, rien qu'à moi, depuis que j'ai 10 ans.

Combien de fois j'ai imaginé galoper sur le cheval parfait, formant un couple absolument idyllique, magnifique, magique, épique ! Et je vais arrêter les synonymes en « ique ».

Mais le cheval de mes rêves a évolué au fil des années. Eh oui, à chaque âge son aspiration, son idéal ! Alors, commençons par le commencement. Le premier cheval de mes rêves (je retire Spirit l'étalon des plaines de la liste, c'est trop facile) fut tiré d'un célèbre magazine de poney. Magasine qui a bercé l'enfance de nombreux petits cavaliers. J'ai nommé CHEVAL STAR !!!

Je préférais évidemment les histoires illustrées à la fin de ce dernier. Et je me souviens de l'une d'entre elles en particulier.

L'histoire de deux gamines qui trouvent deux chevaux abandonnés, dont un dénommé FIASH. Elles les adoptent, mais ces derniers se barrent toutes les nuits pour creuser des trous bizarres n'importe où, même dans le jardin du voisin. Un jour, ils creusent jusqu'à trouver des fouilles, on se rend compte que c'est un char datant des Romains et qu'il appartient à leur ancienne propriétaire, une nana super forte qui gagne des courses de chars et qui s'est fait tuer par un homme jaloux de sa supériorité, goujat !. Oui, tout est normal, les chevaux sont tout simplement revenus à notre époque pour que leur propriétaire morte depuis des années-que-je-ne-compterais-pas soit enterrée dignement … ou exposée dans un musée (ouais ouais). Les chevaux disparaissent et se réincarnent en poulain une année plus tard. Bon, on va pas juger le scénario hein.

BREF, j'étais absolument fan de FIASH ! Je rêvais d'avoir exactement ce poney et de sauter des obstacles ÉNORMES avec lui (c'est à dire, à cette époque, des croix de 30cm).


Et puis FIASH m'a passé. Et comme beaucoup d'autres, je me suis concentrée sur les pur-sang arabes. L'évidence absolue ! Qui n'a pas rêvé de monter un arabe noir à moitié sauvage dénommé Blackie ou Black ? Je voulais galoper dans le sable, à crue, sur un arabe noir comme l'ébène que j'avais, bien évidemment, réussi à dompter moi-même.



Et puis j'ai encore changé d'avis ! Je suis ensuite partie sur le frison, un cheval qui est, en effet, l'inverse du pur-sang arabe. Une vraie obsession de la robe noire, en revanche, je l'avoue ! Je me voyais à cheval, faisant du spectacle en liberté devant un tonnerre d'applaudissements (c'est beau de rêver hein?).


Mais ce n'est pas fini. Je me suis orientée quelques temps après sur … le cheval de trait ! Eh oui ! Leur bouille de nounours m'ont toujours fait craquer, et comme ils sont souvent de gros patous adorables, l'idée de m'en acheter un me séduisait. Mais je pense que le cheval de trait, ça sera pour plus tard. Quand j'aurais 70 balais et que je serais toute ratatinée. Ou quand je serais riche, au choix.


Devinez-quoi ? J'ai encore changé d'avis par la suite (il paraît que ce sont les idiots qui restent bornés). J'ai donc ensuite pensé à un classique. Un magnifique pur race espagnol, majestueux, royal sur les carrés de dressage. Monter en toute légèreté, avec un cheval à la robe de feu...ou la robe noire (je sais, une véritable obsession).


Et puis …et puis je me retrouve avec un pur sang réformé des courses dénommé Yes. RIEN À VOIR. Comme quoi le cheval que l'on aime, il nous tombe dessus et puis c'est tout. Il n’est pas noir, il n’est pas isabelle, ce n’est pas un as de l'obstacle ou de dressage, il est tout gringalet.... mais je l'adore quand même !

Et vous, quels étaient les chevaux de vos rêves ?


1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout