Être avec un(e) cavalier(e) - mode d'emploi 2

 

1 – Le mythe de la cavalière...ou pas

 

Qui n'a pas rêvé d'une belle cavalière (ou d'un beau cavalier..miam) en tenue moulante et brillante, les cheveux aux vents montant sur un destrier sauvage, délivrant le doux parfum de la rosée du matin ?

La réalité peut parfois être … surprenante.

Eh oui, je risque de casser un mythe mais... non, les cavalières ne chevauchent pas de licornes, ne font pas des cacas arc-en-ciel et ne sentent pas la rose après une bonne séance de mise en selle. Et juste un petit détail, quand on rentre d'un cours bien corsé, on a envie de manger des PÂTES, des PIZZAS ou des HAMBURGERS (la tartiflette en hiver peut être une option!)...

Vous pouvez oublier la salade.

Le Mythe  :

La réalité :

 

2 – En concours tu l'accompagneras

 

Avez-vous déjà vu un conjoint au regard inquiet et hagard en plein milieu d'une piste de détente en train de monter maladroitement des barres d'obstacle dont il ne comprend pas le nom ?

Certains conjoints, et même parents, se font embrigader en toute naïveté dans la compétition équestre, et se transforment ainsi en conducteur de camion, psychologue, coach mental, cuisinier (ou au moins aller chercher la barquette de frites), groom, monteur de barres et j'en passe. Pas sûr qu'ils aient compris que oui oui, ce sera tous les weekends comme ça !

Option 1 :

Option 2 :

 

3 – Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt

 

Je me demande encore pourquoi nous cavaliers ne sommes pas actuellement les MAÎTRES DU MONDE ? Tous les cavaliers de compétitions connaissent le réveil de 4h du matin un dimanche de concours.

' Espèce de folle ', voilà la réponse de mon adorable Thomas quand je pars dès l'aurore, dans le froid voire parfois sous la pluie .. pour faire quoi ? Se cailler les fesses la journée entière pour réaliser quelques secondes de parcours.

Cela friserait presque avec le masochisme ...

 

4 – Une simple question de priorité

 

Que l'on soit bien clair... pour un(e) cavalier(e), son cheval c'est toute sa vie. On pense cheval, on rêve cheval, on achète cheval, on traîne avec les copains du cheval … bref les ¾ de notre cerveau sont dédiés à notre compagnon préféré. Alors imaginez si POMPOM est malade !? On sera prêt à sortir le carnet de chèque pour lui donner des anti-biotiques carabinés, à dormir auprès de lui dans un sac de couchage pendant le week-end entier, venir toutes les deux heures et TOUS les jours jusqu'à ce que le traitement fasse effet. Par contre si notre copain(e) a un rhume, il va chez le médecin et il fait pas chier … simple question de priorité.

Option conjoint(e) :

Option poney :

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    Coach (dimanche, 29 janvier 2017 18:31)

    J'adoreeeeere ��❤️

  • #2

    Jen' (dimanche, 29 janvier 2017 18:48)

    J'adore! J'ai montré à mon copain, il a bien rigolé (et il est content que je fasse pas de concours pour le coup :P ) Sinon je me permets juste une correction pour la deuxième illustration avec la phrase "j'ai comme le sentiment de m'être (et pas mettre) fait avoir"

  • #3

    Jen (dimanche, 29 janvier 2017 18:50)

    J'adore! J'ai montré à mon copain, il a bien rigolé (et pour le coup est il est content que je ne fasse pas de compétitions... :P ) Sinon je me permets juste une correction pour la phrase de la deuxième illustration : "j'ai comme le sentiment de m'être (pas mettre) fait avoir" :)

  • #4

    Mariek (dimanche, 29 janvier 2017 21:22)

    Juste trop génial ! !! Bon, je ne me reconnais pas dans le second chapitre because j'fais pas de compét.... mais je me reconnais dans tous les autres. ... petite précision : y a pas besoin de faire de compétition pour se lever aux aurores!!!! Juste pour prendre soin d'eux et profiter de leur présence pour bien commencer la journée ! !!! �

  • #5

    labbe nicole (lundi, 30 janvier 2017 10:56)

    le cheval c'est une passion ♥♥♥

  • #6

    Laetitia (mardi, 21 février 2017 11:52)

    C'est ou à fait moi. Pour tout. Exelle

  • #7

    Marie Laure (dimanche, 07 janvier 2018 22:05)

    Et quand il fait un gros orage en plein milieu de la nuit et que mon loulou n'est pas à l'abri dans sa cabane, mais sous la pluie ou pire sous la grêle ? Là je sors du lit et cours dans le pré (en pyjama), me mets dans la cabane et alors miracle.... mon gros loulou vient dans la cabane contre moi :maman tu es là ! Et mon mari (qui est de l'espèce "mais il a voulu me faire tomber !" Alors qu'il était sur ce même loulou, au pas, en longe, et que moins vite ledit loulou aurait été endormi �), donc vous l'aurez compris mon mari n'est pas cavalier..., donc mon mari me traite aussi de folle...