L'amour "vache"

 C'est la rentrée !!!!!!!

Qui dit rentrée dit ….. Retour des poneys et des cours d'équitation !!! (Il est clair que l'on ne parlera pas dans cet article de sujets douteux type le retour du boulot, la rentrée des gosses pour ceux qui en ont et les futures nuits blanches à cause du stress!).

 

Nooon, pour mon retour nous allons parler d'un sujet « bisounours » !

L'amour du cavalier pour son cheval.

Ah oui ...car on est clairement amoureux. On a des photos de notre fidèle compagnon accrochées partout dans notre maison (plus que celles de notre propre famille!), on accourt dès que possible pour aller le rejoindre, on se fait un sang d'encre quand il ne va pas bien, on aime pas le partager ...ça m'a tout l'air d'une relation de couple tout ça !

 

Bref, on les chérie nos équidés. On les AIME. Parfois ils nous le rendent bien. Mais parfois … ils ont une curieuse façon de le montrer. On va appeler ça l'amour « vache ».

 

Car franchement...quand il pleut à torrents et que tu t'enfonces dans la boue jusqu'aux genoux pour aller chercher ton cheval au pré, que tu lui as acheté une beeelle couverture toute neuve, toute mimi, qui t'a coûté un mois de salaire pour qu'il soit bien au chaud ; et que tu le retrouves au fond (évidemment, sinon c'est trop facile), avec de la boue et du crottin jusqu'au bout des oreilles et ta couverture en lambeau dès le premier jour (Notre petit Yes est passé maître en la matière)... si ça, ce n’est pas de l'amour « vache » !

 

 

Autre exemple, spéciale dédicace à ceux qui vont chercher leurs chevaux au pré à chaque fois (je fais partie de ceux-là).

Pensez au dimanche matin, où vous êtes fatigués de votre semaine, et vous avez juste envie de vous DÉTENDRE. Et de faire plaisir à votre cheval. Une petite balade au soleil vous paraît donc être un merveilleux programme ! Sauf que votre ami, il n’a clairement pas envie de vous voir. Qui n'a pas vécu une heure de course poursuite pour récupérer son compagnon ? … tout ça pour une promenade !

 

C'est qu'ils sont joueurs nos amis équins. Je pense qu'ils adorent vraiment voir nos têtes quand ils renversent devant nous notre chariot plein à craquer avec LA selle à plus de 3000 balles qui se fracassent sur le sol.

 

Une autre petite blague classique. En profiter pour s'enfuir du boxe quand tu passes à l'arrière pour curer son postérieur. Infaillible. Qui est-ce qui va être en retard pour le cours ?

 

 

Une dernière, pour bien prouver que parfois nos chevaux nous en font voir des vertes et des pas mûrs. Le PIED. Je pense qu'on a tous du vivre cette situation au moins une fois … le cheval qui ne veut pas donner le pied. Pour le curer, pour le graisser, car le diction dit bien « pas de pieds, pas de cheval ». Bref, on a beau tirer dessus, le pousser, faire ce qu'on veut, si monsieur ou madame n'est pas décidé !

Mais malgré ça, malgré les chutes, les coups d'encolure pour les georgettistes, les ramassages de crottins, les cours dans le froid et la mise en selle (si ça, ce n’est pas de la torture!!) … on en est dingue ! On les aime tant que c'est parfois (même souvent) incompréhensible pour un non cavalier. Nous sommes des addictes à l'équitation ! C'est beau … et flippant car pour ma part, je deviens insupportable au bout de 1 mois de sevrage !

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Matou (vendredi, 02 septembre 2016 14:51)

    J'attendais un nouvel épisode avec beaucoup d'impatience... et je ne suis pas déçue ! Qu'ils sont chous nos dadous lorsque, après un mois de séparation nous les retrouvons enfin, et qu'ils nous font clairement comprendre que, le pré, c'était vachement mieux que nos câlins ! Ahhh... l'amour fou ! <3

    Encore une fois, tu vises juste et bien, quel fou-rire ! ^^

  • #2

    johanna (vendredi, 02 septembre 2016 15:32)

    ce sont des saloperies mais on les aime !!!

  • #3

    Laëtitia (samedi, 03 septembre 2016 07:57)

    Très bien résumé :) lol ça fait plaisir de retrouver tes histoires et de voir tes superbes illustrations.

  • #4

    Zmu38 (samedi, 03 septembre 2016 11:02)

    J'adore xD on sent le vécu